En vélo de Bordeaux à Bayonne par les pistes cyclables

J'avais en tête ce projet depuis longtemps, ayant passé de nombreuses vacances sur la côte Atlantique, je m'étais dit qu'un jour moi aussi je parcourrai cette piste cyclable que je traversais à pied pour rejoindre la plage.
J'ai prévu de partir une semaine: quatre jours de vélo, deux jours de "vacances", et une journée pour les trains du retour.
Rien de bien difficile, ce parcours est plat, et desservi par de belles pistes cyclables, bien balisées, environ 330 km.

Etape 1 : Bordeaux - Lacanau

Deux mois avant, j'ai fixé mes dates, début septembre pour bénéficier de températures plus clémentes et pour éviter la foule de la haute saison, et j'ai réservé mes places de train. Je suis parti de la gare de Massy en région parisienne, où il m'a fallu dévaler les escaliers pour atteindre le quai pour cause d'ascenseur en panne et d'absence d'escalator.
Vélodyssée - le départ en TGV à Massy

La voiture 11 est pourvue d'un espace pour les vélos (trois maximum), la réservation est à faire en même temps que les billets de train. La place est relativement grande et mon vélo couché y tient largement.
Vélodyssée - Vélo couché en TGV
Quelques sangles pour le maintenir mais celles-ci commencent à vieillir et les velcros n'accrochent plus vraiment.
Le TGV file sur la plaine de la Beauce, le jour se lève doucement, le ciel est clair,  des éoliennes émergent de la brume...
Me voici parti pour une semaine, n'ai-je rien oublié ? Je verrai plus tard si ma préparation a eu des failles. En faisant mes bagages, il me semblait qu'il me restait de la place, je n'ai pas eu de mal à les refermer, je repasse dans ma tête tout ce que j'ai emporté, non, à priori j'ai tout !
J'aime partir ainsi, avec le strict minimum, juste ce dont j'ai besoin, pas de superflu, pas d'objets inutiles, revenir à l'essentiel.
Me voici à 10h30 sur le quai de la gare de Bordeaux, par chance, le quai est au même niveau que la rue, pas d'escalade cette fois ci par les escaliers. Je raccroche mes bagages, parcours une centaine de mètres, et je trouve déjà ma piste cyclable ... que je ne quitterai plus jusqu'a l'arrivée (enfin presque ...).
Je me retrouve sur les quais de la Garonne, superbes, vastes, il y a du paysage, des arbres, du monde qui flâne, un bateau de croisière à quai ... c'est beau et très agréable.
Vélodyssée - Bordeaux les quais de la Garonne
Puis je quitte les quais direction Lacanau.
Vélodyssée - Bordeaux panneaux indicateurs
Eh oui, dès les quais de la Garonne, la direction est indiquée, bravo ! et la piste continue dans les rues et les avenues.
Après avoir longé quelques temps l'autoroute, et plains ces pauvres automobilistes enfermés dans leurs caisses, asphyxiés, abasourdis par le bruit, et enivrés de vitesse, j'ai vite retrouvé le calme de la piste ...
Vélodyssée - Bordeaux passage sous l'autoroute
L'autoroute vu par en dessous ...
Vélodyssée - la voie verte de Bordeaux à Lacanau
La piste Bordeaux-Lacanau est une ancienne voie ferrée, elle est plate de chez plate et droite-droite, et cela pendant des kilomètres. Heureusement les paysages changent régulièrement, passant de la forêt aux prairies, aux champs cultivés, avec des traversées de village, avec leurs anciennes gares. Des espaces de pique-nique y ont été aménagés ... alors autant en profiter puisque c'est l'heure du casse-croûte.
Vélodyssée - la voie verte de Bordeaux à Lacanau
Je reprends la route ... toujours aussi droite, sans fin, le bout est à l'horizon, je roule vers l'infini.
Heureusement l'infini est "fini" et j'arrive au bout d'un certain temps quelque part !
Vélodyssée - la voie verte de Bordeaux à Lacanau

En m'arrêtant pour une pause, je m'aperçois que j'ai oublié de refermer ma sacoche arrière, et que mon étui à lunette est resté posé sur le porte bagage, à peine retenu par le catadioptre ... 15km que je roule ainsi sans le perdre, ce doit être mon jour de chance !
Et enfin, Lacanau !
Vélodyssée - la voie verte à Lacanau
Je ne suis pas tout à fait arrivé, il me faut encore faire le tour du lac pour rejoindre le camping qui est sur l'autre rive.
Vélodyssée - Camping à Lacanau
En ce début Septembre, il n'y a pas de mal à trouver une place tranquille, le camping est presque vide.
Cette place n'était pas mal, mais à la tombée de la nuit je me suis aperçu que j'étais planté sous un lampadaire ... qu'a cela ne tienne, j'ai défait tous les piquets et fait glissé la tente jusqu'à l'emplacement d'à coté ... à l'ombre !
Vélodyssée - Camping à Lacanau
Le camping est très bien placé, au bord de l'étang, avec un bar et une grande terrasse en bois. En image, la récompense d'une journée de labeur !
Au petit matin, il y avait quelques traces de sangliers autour de la tente, ils avaient remué un peu de sable pour y chercher quelques larves à manger.

Etape 2 : Lacanau - Arcachon Dune du Pyla

Pour cette deuxième étape, j'ai deux choix possibles, soit la piste du littoral (la Vélodyssée), soit la piste à l'intérieur des terres. En recherchant sur internet, il semble que la piste de l'Océan ne soit pas toujours en bon état, alors que l'autre piste, elle, serait tout le contraire. J'ai donc opté pour la voie verte Lacanau - Arès qui est aussi une ancienne voie ferrée, l'accès au bassin d'Arcachon est direct, pas de km superflu !
Vélodyssée, de Lacanau à Lège Cap Ferret
Ici les voies vertes sont considérées comme des routes départementales (D807) et donc gérées au même titre que les autres routes, ce qui explique probablement leur excellent état.
Encore une fois une superbe voie, large, un bitume parfait, et dans un environnement de nature sauvage.
Vélodyssée, de Lacanau à Lège Cap Ferret
 Une quasi ligne droite de 25 km !
Vélodyssée, de Lacanau à Lège Cap Ferret
Je roulais tranquillement, pédalant sans relâche, rêvant à je ne sais quoi, quand tout à coup mon oeil droit aperçut un stop ... l'influx nerveux déclencha aussitôt un signal d'alerte que perçut en premier le système des réflexes qui aussitôt actionna fermement les freins, l'instant d'après le système des réflexions se mit en marche ... un stop ? est ce bien un stop ? ici au milieu de nulle part ? mais pourquoi donc ? peut être une intersection ... euh oui ... c'était bien une intersection, trop tard je l'avais déjà passée, heureusement que personne ne passa à ce moment là !
A mi chemin, une installation insolite, d'anciennes pompes à essence ! alors qu'il n'y a rien, même pas de route ... rien qu'une piste cyclable, on comprend mieux pourquoi notre pompiste a fait faillite !
Vélodyssée, Pompe à essence pour cycliste
Gare de Lège, tout le monde descend, une petite pause.
Vélodyssée, l'ancienne gare de Lège Cap Ferret
Le rez de chaussée est occupé par l'association des chasseurs de Lège, ils affichent les datent des battues ... un cycliste averti en vaut deux, on ne sait jamais ... une balle perdue pourrait être retrouvée par un promeneur ou un cycliste ... plantée dans le coeur ! (2012-2013 : 179 accidents de chasse, dont 21 mortels).
Vélodyssée, l'ancienne gare de Lège Cap Ferret
A travers la fenêtre, on peut distinguer la boisson favorite des chasseurs .... pas de méprise, ce sont des brocs à eau.
Au niveau d'Arès, un nouveau choix de direction, soit contourner le bassin d'Arcachon par l'intérieur, soit par le Cap Ferret et prendre un bateau navette pour rejoindre Arcachon. Par contre, les bateaux faisant la navette sont relativement petits et l'embarquement se fait par des escaliers plus ou moins hauts en fonction de la marée, donc, cela m'a paru difficile pour un randonneur cycliste lourdement chargé comme moi, j'ai préféré de ne pas tenter l'expérience, j'ai opté pour la voie verte Lège Cap Ferret - Arcachon, qui est d'ailleurs le tracé de la Vélodyssée.
La voie est toujours l'ancienne voie ferrée, la qualité de la vélo-route également excellente.
Vélodyssée, la jetée d'Andernos
Pause casse-croûte à Andernos, la météo est magnifique, grand beau temps et air frais, l'idéal pour faire du vélo, je suis gâté.
Cette belle piste prend fin à Biganos, où je me retrouve sur un trottoir étroit, coincé entre les maisons et les voitures en stationnement, je suis secoué comme un cocotier à cause du revêtement genre tôle ondulée. Rouler sur un trottoir est bien sûr dangereux, et il s'en ait fallu d'un rien que je fasse connaissance brutalement avec le capot d'une voiture sortant prestement de son parking ...
Vélodyssée, le calvaire de Biganos
Ils n'ont pas lésiné sur la quantité de peinture, ils en ont oublié la sécurité.
La piste est un calvaire tout le long de la traversée de Biganos. Je pensais que cela serait un mauvais moment à passer, mais par la suite... c'est à peine mieux ... la piste reprend parfois, étroite, avec des virages carrés, à nouveau des trottoirs encore plus étroits, des stops à la pelle, des montées aussi raides qu'un mur d'escalade ... etc et cela jusqu'à la sortie de La Teste de Buch, où enfin je retrouve en direction de la Dune du Pyla une piste cyclable digne de ce nom.
Ici quelques côtes, les dunes sont hautes à l'approche du Pyla, cela ne fait pas de mal de pousser sur les jambes pour monter et ensuite redescendre à fond les manettes !
J'ai choisi le dernier camping, à flanc de dune, avec vue sur la mer, au milieu des pins ...
Vélodyssée, Camping le Petit Nice
Même si ici l'activité du camping est encore soutenue en ce début de septembre, je n'ai pas eu besoin de réserver pour trouver une place.
Vélodyssée, Camping le Petit Nice
Le paysage sur la mer est magnifique, et le lieu est fréquenté par les parapentistes qui font le spectacle.
Vélodyssée, Camping le Petit Nice

Jour 3 : étape de repos

.. enfin, c'est ce que j'avais programmé ...
Je suis réveillé à 6h du matin par des gouttes de pluie qui tombent sur la tente, je regarde vite sur internet une carte des radars de pluie ... ouf, rien, pas de pluie à l'approche de l'Aquitaine, ce ne sont que quelques gouttes. Tout de même, je m'extrais de la tente pour aller poser une protection sur le siège du vélo, ce ne serait pas très agréable de s'asseoir sur un éponge bien imbibée.
Le matin balade en bord de mer pour voir les blockhaus de la plage du Petit Nice,
Blockhaus de la plage du Petit Nice
et monter sur la dune du Pyla ... pas de vent, il fait chaud, ça grimpe, le sable est bien mou, ouh là là mais c'est dur !
La dune du Pyla
Ensuite, un petit tour à Arcachon pour dérouiller le vélo,
Vélodyssée, Pyla sur Mer
Une très belle piste cyclable permet de traverser Pyla sur Mer.
L'après midi de retour au camping, pensant pouvoir profiter de cette belle fin de journée, je fus malheureusement confronté à un problème de santé, une conjonctivite se déclarant, je repris le vélo jusqu'à la pharmacie la plus proche pour y trouver un antiseptique pour les yeux.
Malgré le médicament, la soirée fut difficile. Pour la nuit, un bandeau sur les yeux pour les tenir au chaud ... et au matin, plus de douleurs, mais une paupière pas belle à voir, je décidais de consulter un médecin ... pas facile quand on est en itinérance et un samedi.

Etape 3 : Arcachon Dune du Pyla - Contis Plage

Aujourd'hui 85 km au programme, ce n'est pas bien méchant, mais je dois trouver un médecin, alors je ne traîne pas.
La piste est toujours aussi belle ...
Vélodyssée, La Lagune
A Biscarosse plage, ayant réussi à décrocher un rendez vous avec un médecin, je prends un raccourci, la route ... et laisse de coté la piste qui serpente dans les dunes et longe le lac de Cazaux.
La D146 est pourvue tout le long d'un petit espace pour les vélos, la route monte et descend, elle est très roulante, ça va vite.
Après mon entrevue avec le médecin, je recherche la piste cyclable, et déambule dans les rues aidé par mon GPS, et puis à une intersection, je reconnais l'endroit, sans voir de panneau, je sais que la piste démarre là-bas au fond du parking, comme si j'étais déjà passé ici ... et me revient en tête les moments de préparation du trajet, devant mon écran d'ordinateur, avec StreetView de Google Maps !
En chemin, je suis très intrigué par un bâtiment, des serres immenses, genre Crystal Palace ....
Parentis en Born, usine à tomates
Le Crystal Palace Landais
Les portes sont ouvertes, il n'y a personne, alors je vais voir de plus près ...
Parentis en Born, usine à tomates
Usine à tomates
Ce sont de futures serres à tomates ... une usine à tomates ! La marque de ces produits : "Tom d'Aqui, les paysans de Rougeline" ... je me demande bien ce qu'il reste de "paysan" dans ce genre d'agriculture ?
Il faut de l'énergie pour chauffer tous ces hectares de serres, mais ici pas de problème, c'est le pays du pétrole, un des rares gisements de France (quelques infos ici).
Un peu plus loin, un paysage de désolation de ce qui reste d'une forêt de pins, ici les bucherons travaillent au bulldozer.
Parentis en Born, massacre au bulldozer
Les sangliers font de sacrés dégâts !
La piste passe en bordure du Lac de Biscarosse.
Vélodyssée, lac de Biscarosse
Parentis en Born, sous la plage, le pétrole
Je continue ma route, et à l'approche de Mimizan, je laisse de coté la piste pour aller en centre ville pour trouver une pharmacie. Je reprends la Vélodyssée au niveau de Mimizan-Plage, plus que 15 km.
La voie est comme à son habitude en excellent état, en pleine forêt, elle monte et redescend les dunes en pente douce, elle est sinueuse à souhait, c'est un régal !!!
Vélodyssée, la piste de la côte
Contis-Plage, le camping, je m'installe et par chance je bénéficie d'un emplacement un peu à l'écart, je vois la mer au loin ...
Vélodyssée, au camping de Contis-Plage
Après un passage par le restaurant "La Pibale", détour par la plage avant de rentrer au camp.
Contis-Plage

Jour 5 : Etape de repos

Effectivement, ce fut une journée mise à profit pour bien me reposer et soigner ma conjonctivite, heureusement en voie de rémission. J'ai traîné toute la journée entre plage et village, pour finir la journée à la piscine du camping ... fin prêt pour reprendre la route du lendemain.
Plage de Contis-Plage
La plage de Contis
Ciel étoilé
Ciel étoilé

Etape 4 : Contis-Plage - Bayonne

Les nuits sont fraîches et j'utilise tout ce que j'ai apporté comme vêtements pour me couvrir la nuit.
Je refais mes bagages, et à chaque fois, je me demande bien comment je vais pouvoir faire pour rentrer tout cela ... et pourtant il restait de la place le premier jour !
Vélodyssée, préparatif pour la balade du jour
Avant
Vélodyssée, préparatif pour la balade du jour
Après
Il me faut quitter à regret Contis-Plage, un endroit que je connais bien pour y avoir passé des vacances en famille pendant de nombreuses années ... passage sur le Pont Rose, mais est ce sa couleur qui lui a donné son nom, ou bien son nom a fait qu'il soit repeint en rose ? Il me semble l'avoir connu il y a bien longtemps, avec ce nom là, mais sans cette couleur.
Vélodyssée, Contis-Plage le pont Rose
La piste de la côte, toujours aussi belle ! J'applaudis des quatre mains pour ces réalisations vraiment superbes, qui demandent de l'investissement de la part des collectivités locales. Le plaisir est total !
Vélodyssée, la piste entre Contis-Plage et le Cap de l'Homy

Vélodyssée, la piste entre Contis-Plage et le Cap de l'Homy

Vélodyssée, la piste entre Contis-Plage et le Cap de l'Homy

Cette belle piste s'arrête à Vielle, et continue mais d'une qualité bien moindre. A Léon on reprend la route pour traverser la ville, puis à nouveau, une ancienne voie ferrée reconvertie en vélo-route quasi parfaite.
Nous sommes sur le tracé de la Vélodyssée, et des panneaux informatifs nous en disent plus, c'est une Voie cyclable qui va de Gibraltar au Cap Nord ! ... et pourquoi pas ? Cela aurait de la gueule un projet comme celui là !
Vélodyssée
Ici, je suis au royaume des grands pins ... je me surprends en train de chanter "Vent frais, vent du matin, soulevant le sommet des grands pins, joie du vent qui souffle, allons dans le grand…"
Vélodyssée, le sommet des grands pins
Il me faut quitter cette belle forêt pour des zones plus urbanisées à l'approche de Seignosse, mais heureusement la piste est bonne.
Vélodyssée, Seignosse
Puis Hossegor et sa grande plage.
Vélodyssée, Hossegor
J'approche de Bayonne petit à petit, et j'arrive sur la commune d'Ondres ... la qualité de la piste se dégrade d'un coup, et même un peu plus loin c'est le bitume qui disparait pour la première fois en 300 km ! Il me faut parfois slalomer entre les nids de poule ...
Vélodyssée, Ondres
J'avais prévu de passer la nuit dans un camping de Ondres, mais ayant un train de bonne heure le lendemain, j'ai préféré la facilité et le confort d'un hôtel, à moins de 5 km de la gare, pour être sûr d'être là à l'heure sans souci.

Jour 7 : Retour à mes pénates

Je quitte l'hôtel de bonne heure, mon siège est trempé par la rosée, j'ai oublié de le protéger par un plastique. Je tombe dans la circulation du matin, le bruit, les gaz d'échappement, les véhicules qui me frôlent ... un café-croissant au café de la gare pour me remettre ! Hésitation pour le quai du départ, tout le monde sur le quai 2 ... au dernier moment retour au quai 1 ! et avec un vélo et ses bagages ce n'est pas une sinécure, je dois batailler pour avoir l'autorisation de traverser les voies afin d'éviter les escaliers.
TER de Bayonne à Bordeaux, il est bondé, il y a déjà deux vélos, et la gare suivante montera un quatrième vélo, ce qui ne sera pas du goût du contrôleur.
A Bordeaux, j'ai plusieurs heures à attendre, alors je me promène dans la ville, sur les quais ...
Dans une rue, avec une piste cyclable un peu étroite sans possibilité de doubler, un vélo qui me suit, me klaxonne, je sens bien dans cette sonnerie un certain agacement d'un cycliste pressé, coincé dernière moi, alors je lui fais un signe de la main du genre "cool - zen - je ne peux pas faire mieux", il me répond "faut rouler plus vite ... je suis pas en vacances moi !", un espace me permet de me dégager pour le laisser passer, mais il a déjà disparu.
Le voyage se termine, reprise du TGV de Bordeaux à Massy.
J'ai bénéficié d'une météo quasi parfaite, et parcouru 400 km, dont 95% sur des pistes cyclables superbes. Ce projet, j'en ai rêvé, je l'ai préparé minutieusement, et je l'ai réalisé !

Ci dessous le tracé sur Openrunner, j'y ai inclu un topo détaillé, mais le circuit est parfaitement balisé et ne nécessite que rarement un regard sur le GPS ou le topo.

Commentaires

Marcus a dit…
Bonjour

Sympa de lire toutes vos aventures en vélo couché depuis la Genèse. J’ai tout lu, j’attends la suite, même si l’hiver approchant je suppose que la pratique va s’en ressentir. Quand à moi je n’ai pas encore passé le pas, du vélo couché, mais ça viendra bien un jour et étant du 78 peut-être nous croiserons nous un jour.
Jacques Barbé a dit…
Merci pour le message, c'est un encouragement pour continuer.
Oui, avec l'hiver les sorties sont tributaires de la météo, je n'aurais pas grand chose pour alimenter le blog ! Mais c'est aussi l'élaboration des projets pour l'année prochaine ... les moulins de la Beauce, peut être la Belgique et les Pays bas ... je prends autant de plaisir à préparer qu'a réaliser !
Alors peut être un de ces jours nous nous croiserons sur les petites routes du sud de l'Ile de France, les vélos couchés ne sont pas légion, cela sera plus facile de se reconnaître.
Cordialement

Posts les plus consultés de ce blog

En vélo de Paris à la Normandie par les pistes cyclables

Montage du vélo couché